"Humains" de Guillaume Sanchez 

2017

"Cuisiner la mer" de Gaël Orieux aux Editions La Martinière 

2016

 "Ne jamais faire confiance à un chef Italien trop mince" de Massimo Bottura

2015

C’est si bon Paris la nuit de Béatrice Cointreau

2014

"La cuisine de la République"

2013
2012

"Sweet Marx" Thierry Marx

2011

"La truffe sur le soufflé"de Alexis PélissouJean-Pierre AlauxDavid Nakache 

2010

“Laurent Paris”, Alain Pégouret et Philippe Bourguignon

2009

« Mes secrets de sorcières » de Brigitte Bulard-Cordeaux aux éditions Chêne

« Trois étoiles de mer » d’Olivier Roellinger aux éditions Flammarion 

2008

 « Les petites recettes modèles » de Anne Martinetti aux éditions Aubanel 

2007

 « Le miel » de Sylvie Girard-Lagorce aux éditions Minerva 

2006

« Brocante gourmande » de Maurice Alexis, Kim-Cuc et Bernard Guillon. aux éditions Aubanel

2005
2004

« Histoires d’Huile »  de Sophie Brissaud et Valérie Lhomme  aux éditions Solar 

2003

« Pomme de terre » de Jean Paul Thorez  aux éditions Chêne

2002

« Laguiole, Aubrac, France » de Michel Bras  aux éditions Rouergue

2001

 « La cuisine des fées » de Christine Ferber aux éditions Chêne

2001, les livres de cuisine sont édités à profusion devenant pour certains de véritables ouvrages d’art, et des faire valoir de la gastronomie française. La grande cuisine et ses Chefs ont le vent en poupe. Les maisons d’édition redoublent d’efforts et d’imagination pour traiter de sujets aussi appétissants que variés autour de la cuisine française et des Chefs renommés, futures stars des émissions de télévision. 1

Face à une telle profusion de livres, l’envie est venue à trois fins gourmets de créer un Prix qui récompenserait les ouvrages alliant littérature et gastronomie. 

C’est ainsi qu’en 2001, Pierre-Christian Taittinger, ancien ministre, sénateur de Paris et maire du XVIe arrondissement de Paris, Monique Cara, journaliste, productrice d’émissions pour la télévision et écrivain, Philippe Renard Chef des cuisines de l’hôtel Lutetia Paris, décident de créer le Prix Littéraire de la Gastronomie Antonin Carême, du nom d’un célèbre Chef du 19ème siècle, père fondateur de la grande cuisine.

Chaque année depuis, en novembre, un Prix est décerné au meilleur ouvrage selon des critères sur le contenu et la mise en valeur des mets. Les membres du Jury, critiques littéraires et gastronomiques, journalistes, personnalités du monde des arts et de la politique, ont à cœur d’encourager par la reconnaissance, la publication d’ouvrages de qualité qui contribuent incontestablement, à promouvoir la gastronomie française et européenne.

Au décès de Pierre Christian Taittinger en 2009, Philippe Renard prendra la succession à la présidence du Prix. En hommage à l’homme, un Prix spécial « Pierre Christian Taittinger » est depuis décerné au meilleur ouvrage apprécié pour la qualité de ses photos et la mise en valeur des mets.

Né au Cercle de l’Union Interalliée, le Prix émigrera vers la rive gauche à l’hôtel Lutetia, fleuron jusqu’en 2006 de la famille Taittinger et rendez-vous incontournable des maisons d’édition. La fermeture de l’hôtel en avril 2014 pour une longue période de travaux, sera l’occasion cette année d’un nouveau lieu. 

 

 En 2014, les membres fondateurs du Prix Littéraire de la Gastronomie Antonin Carême décident de créer une association loi 1901 du même nom, ayant pour but de donner une existence juridique au Prix et un statut légitime à ses membres fondateurs, membres d’honneur, membres bienfaiteurs et membres actifs.

Né à Paris en 1784, quinzième enfant d’une famille modeste, Marie-Antoine  (dit Antonin) sera abandonné à l’âge de 8 ans, en 1792, à l’apogée de la Révolution française. Il devient marmiton chez un gargotier et se fait rapidement remarquer pour ses aptitudes. Ce fut pour le jeune Carême la révélation de sa vie. A 13 ans, il entre comme petite main chez un restaurateur renommé, puis comme apprenti chez Bailly, célèbre pâtissier de la rue Vivienne, qui, conquis par les chefs d’œuvres de Carême, le prend à son service où il reste plus de 12 ans à apprendre la cuisine des princes.

Passionné, Antonin Carême parvient à élever son art au rang de science. C’est par ce biais qu’il passe au service de Talleyrand, de l'empereur de Russie puis de la famille Rothschild.

Créateur du vol-au-vent, maître des sauces et potages, auteur du premier grand traité de la pâtisserie, il pose les jalons de la cuisine moderne en brisant la lourdeur de celle de l'Ancien Régime.

« Il faut sans cesse imaginer autre chose avec et grâce à ce que l’on sait déjà, il faut constamment rester admiratif devant le travail des autres pour recueillir de la modestie, vertu qui enrichit sans appauvrir les autres » (Antonin Carême)

Antonin Carême
 
« roi des Chefs et Chef des Rois »

Naissance et reconnaissance du Prix

Editions précédentes du Prix Antonin Carême